Souvenir des déportés : 29 avril 2018

Souvenir déportés

Cérémonie du Souvenir des déportés à Gif
La célébration du 
Souvenir des déportés a lieu dimanche 29 avril 2018, à 10h, parc de la mairie.

Chaque année, le dernier dimanche d'avril est  dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d'extermination nazis lors la Seconde Guerre mondiale.
Des actions sont mises en œuvre avec les fondations et les associations de mémoire. Cette journée est l'occasion de sensibiliser les élèves au monde de l'internement et de la déportation.

Le saviez-vous ?

La date du dernier dimanche d'avril a été retenue en raison de sa proximité avec la date anniversaire de la libération de la plupart des camps, et parce qu'elle ne se confondait avec aucune autre célébration nationale ou religieuse existante.

Programme

- Dépôt de gerbes : rendez-vous à 10h 
au Monument aux Morts.

 

Réflexion sur la camaraderie en guerre

M André Colson,
Président du Comité de Liaison 
des Anciens Combattants

Rien n’est pire que la guerre ! Et pourtant n’est-ce pas le moment où les hommes oublient leurs divergences et apprennent à mieux se connaître.

Louis Aragon nous le dit dans ce très beau poème :

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles                                           
 Au cœur du commun combat                      
 Celui qui croyait au ciel                              
 Celui qui n’y croyait pas                             
Celui qui croyait au ciel                              
Celui qui n’y croyait pas                           
Ils sont en prison. Lequel                          
A le plus triste grabat                         
Lequel plus que l’autre gèle
Lequel préfère les rats                         
Celui qui croyait au ciel
Celuii qui n’y croyait pas
Un  rebelle est un rebelle
Nos sanglots font un seul glas                          
Et quand vient l’aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu’aucun des deux ne trompa
Et leur  sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas

À chaque conflit, nous découvrons des actes de courage et de dévouement. C’est en14-18 le camarade blessé qu’on va chercher sous la mitraille. C’est en 39-45, dans les camps de concentration, que d’actes d’amour sont accomplis. Et nous pourrions en citer tant d’autres !

En ce dimanche 29 avril, pensons à tous ces martyrs et plus particulièrement
à Amodru, Poulmarc’h et Trespeuc’h. André Colson