Jean Poulmarc'h

Photographie de Jean Poulmarc'h
Le 22 octobre 1941, dans la carrière de la Sablière, près de Chateaubriant, 27 otages sont exécutés par les nazis. Parmi eux, Guy Môquet, 17 ans, et Jean Poulmarc’h.

Jean Poulmarc'h (1910-1941)

Militant convaincu

Né à Paris en 1910 dans une famille de cheminots d’origine bretonne, Jean Poulmarc’h adhère très jeune aux Jeunesses communistes. En 1938, il devient secrétaire général du syndicat CGT des produits chimiques de la région parisienne puis devient membre de la Fédération CGT de la Chimie.

Fêtes à Jaumeron

À partir de 1938, il dirige au château de Jaumeron à Gif un centre de repos, vacances et camping, propriété du syndicat ouvrier des industries chimiques, où il organise des fêtes populaires mémorables.

"Jusqu’à ma mort, j’ai lutté"

Mobilisé en 1939, démobilisé en septembre 1940, il milite clandestinement pour le Parti communiste dans les rangs de l'Organisation spéciale, première organisation de lutte armée.

En novembre 1940, il est arrêté à son domicile à Ivry en représailles à l’assassinat du chef de la Komandatnur de Nantes. Il est fusillé le 22 octobre 1941 à Châteaubriant, aux côtés de Guy Môquet et 25 autres otages, à titre d’exemple.

Photographie de Jean Poulmarc’h - Archives municipales de Gif
Photographie de Jean Poulmarc’h - Archives municipales de Gif