Le marché du Centre

En 1929, le marché était installé le long de la voie ferrée près du pont des Coudraies
En 1928, la municipalité décide l’ouverture d’un marché bi-hebdomadaire à Gif.

Foires et marchés, lieux festifs et centres d’attraction

Depuis le Moyen-Âge, les foires et marchés sont l’occasion de festivités en tous genres, des marchands venus parfois de loin côtoyant des paysans en costumes neufs, servantes et valets, moines, gentilshommes, baladins, artistes. Établis par la permission du Roi puis, après la Révolution, par ordonnance de police municipale, les marchés des gros bourgs sont couverts d’un immense toit de tuiles brunes à deux versants reposant sur des piliers de chêne. Certains d’entre eux acquièrent dans la région une certaine réputation, tels ceux de Dourdan ou Étampes, qui deviennent le centre d’attraction des villages alentours.

Le premier marché à Gif

En 1844, le maire de Gif, Louis Debonnaire, souhaite aménager une grande foire annuelle aux marchandises et aux bestiaux mais n’obtient pas l’autorisation de la préfecture. Ce n’est qu’en 1928 que le nouveau maire Alphonse Pécard reprend le projet, mais décide de l’ouverture d’un simple marché, destiné uniquement aux besoins des Giffois. Il se tiendra deux fois par semaine, les jeudi et dimanche matin.

Plusieurs emplacements successifs

Situé successivement à Grignon sur la route de Bures, avenue de la gare, puis en bas de l’avenue de la Terrasse, il s’installe à partir de 1952 sur son emplacement actuel, sur les anciens terrains appartenant à Mme de Loustal, la dernière descendante de la famille Debonnaire. La halle couverte sera reconstruite en 1988.

En 1929, le marché était installé le long de la voie ferrée près du pont des Coudraies
En 1929, le marché était installé le long de la voie ferrée près du pont des Coudraies