Château de Button

Le château de Button est une propriété appartenant au CNRS.

Le château de Button

  • Button800 01
    Le château de Button surplombant l'avenue de la Terrasse, début XXe siècle.
    © Archives municipales de Gif.
  • Button800 02
    Une entrée du château donnant sur la place de l'Eglise, qui sera démolie à l'occasion du percement de la rue Neuve en 1980
    © Archives municipales de Gif.
  • Button800 03
  • Button800 04
  • Button800 05

Les origines

En 1754, Claude Mérault, troisième de cette famille à posséder la vicomté de Gif, lieutenant du roi au gouvernement du comté de Bourgogne, vicomte de Gif et vicomte héréditaire de Châteaufort, fait construire un château en lieu et place de son ancienne maison seigneuriale, avec un parc ordonnancé.

Il confie la conception du château à Pierre Desmaisons, architecte du roi et membre de l’Académie d’architecture.

Le château ne sera achevé qu’en 1777 par un parent éloigné de Claude Mérault, Pierre-Charles Debonnaire, baron des Forges, procureur au Grand Conseil.

Différents propriétaires

À la mort de Pierre-Charles Debonnaire, en 1788, c’est son fils cadet, Marie-Charles, qui hérite de la propriété et s’y retire pendant la Révolution Française. Il sera maire de Gif sous l’Empire.

Le château passe ensuite aux mains d' Ernest Bourlon de Sarty, ancien préfet, maître des requêtes au Conseil d’État, lui aussi maire de Gif et Conseiller général de Seine-et-Oise après 1848.

En 1922, Edouard Noetzlin, directeur de la Banque de Paris et des Pays-Bas, en devient le nouveau propriétaire. Son fils Jacques, ami de Frédéric Joliot-Curie, cèdera le domaine au CNRS en 1946.

La propriété couvre alors une superficie de 67 ha.

Le parc

Claude Mérault fait appel au paysagiste M. Pillet qui va s’inspirer des travaux de Le Nôtre pour concevoir le parc.

La partie Ouest du parc

Avant la révolution, sur le plan Terrier de la famille Debonnaire, la partie ouest du parc est figurée comme un jardin à la française, avec parterre et allées.
La carte des Chasses du Roi décrit deux allées s’étendant vers l’ouest jusqu’à la route de Chevreuse. Aucune pièce d’eau ne coupe alors le lit de la Mérantaise.
Sur les cartes postales anciennes, cette partie du parc est redevenue une prairie totalement libre qui descend en pente douce vers une pièce d’eau alimentée par la Mérantaise, creusée en 1880.

La « Terrasse »

Elle sera construite entre 1889 et 1914.

La partie Est du parc

Le niveau du parc est surélevé, ce qui réduit la pente générale.
Le mur de soutènement est couronné par une balustrade.

La prairie redevient jardin d’agrément avec pièce d’eau et statues de pierre, allées et parterres de fleurs.

Elle semble avoir moins de changements, mais cela reste difficile à établir précisément car cette portion est toujours restée invisible aux Giffois, jamais représentée sur les cartes postales et photographies.

Les jardins à la française de l’époque Debonnaire ont disparu.
Tout un ensemble de communs qui s’étendaient au sud du château et arrivaient jusqu’à la Grand rue (actuelle rue Amodru) ont été démolis en 1870.

Un parc  classé “ refuge pour les oiseaux ”

Depuis 1991, le parc est classé « refuge pour les oiseaux », en accord avec la Ligue pour la protection des oiseaux.

En savoir plus sur l'histoire du château de Button


Localisez les monuments de Gif

Localisez les monuments sur le plan interactif de la ville.

 

Vers le haut

Retour à la page d'accueil Haut de page