Quartier de La Hacquinière

Quartier de La Hacquinière

Les vertus miraculeuses de "l'Aquinière"

Ce petit vallon jouxtant le bas de Gometz-le-Châtel était autrefois beaucoup plus humide et doté de onze sources minérales auxquelles on attribuait des vertus miraculeuses.

D’après la tradition, un religieux solitaire venu évangéliser la région s’installa dans un petit village (l’actuel Gometz) et découvrit les sources. A sa mort, son village le prit comme saint patron et se dénomma « Saint-Clair ».

Dès le VIIe siècle, « l’ Aquinière » (aigue minière) de Saint-Clair était réputée guérir les scrofules, la fièvre quarte, le « mal sâcré » (épilepsie); lépreux, impotents, aveugles et sourds accouraient de partout et de loin, des processions étaient organisées. Sa renommée était solidement établie.

Le texte le plus ancien qui fasse allusion à cette source miraculeuse date du XVe siècle ; au XVIIe siècle, des études scientifiques lui furent consacrées, l’Académie des Sciences reconnaissant officiellement ses vertus en 1621.

La fin du mythe

Ces croyances perdurèrent jusqu’à la Révolution Française qui mit un frein aux manifestations religieuses, mais conserva la fête annuelle « à la ci-devant Fontaine Saint-Clair », sous la pression populaire.

Peu à peu, le mythe s'effrita, la source retomba dans l'anonymat.


Retour à la page d'accueil Haut de page